Une saison aux champs

L’activité saisonnière est peu rentable 2’500.- brut la première année, l’agriculture en Suisse a toujours eu besoin d’une main-d’œuvre étrangère et prête à se contenter de salaires minimaux.

En Suisse, cette force de travail est longtemps venue d’Italie, d’Espagne et du Portugal, à l’époque où milles francs d’ici valaient une petite fortune là-bas.

Les temps ont changé les pauvres de l’Europe ne sont plus au sud, mais à l’est. La Pologne ou le Kosovo fournissent en grande partie une main-d’oeuvre bon marché et peu qualifiée. Roberto, chef d’équipe, venu du Portugal il y a 24 ans me confie qu’il est impossible de trouver du personnel local prêt à travailler par tous les temps avec des horaires de travail de 50 heures par semaine, samedi compris.

Privacy Preference Center